Hyundai Elantra GT 2018 : pour son petit côté européen

Hyundai Elantra GT 2018 : pour son petit côté européen

{u'fr': u'Hyundai Elantra GT 2018'}

Estérel, QC – C’est dans la Belle Province que l’aile canadienne de Hyundai a décidé d’organiser le lancement médiatique de sa nouvelle Elantra GT 2018. Le lieu choisi est un brin stratégique, compte tenu de l’engouement des conducteurs d’ici pour les voitures compactes à hayon. D’ailleurs, ce segment de marché n’a jamais été aussi peuplé, surtout depuis la venue des Honda Civic et Chevrolet Cruze à hayon. En service depuis 2001, la Hyundai Elantra GT ne devrait donc pas avoir trop de problèmes à s’imposer à nouveau. 

Pour 2018, cette compacte coréenne à 5 portes a été remaniée d’un bout à l’autre, après une année relativement couronnée de succès pour la berline du même nom. Hyundai doit redoubler d’efforts s’il veut éventuellement enlever le titre de la voiture la plus vendue au pays. Si vous voulez notre avis, ce titre va bientôt appartenir à un véhicule utilitaire compact, une catégorie qui continue d’accroître ses parts de marché un peu plus chaque jour. 

Inutile d’essayer de prédire comment les consommateurs canadiens vont réagir. Pour le moment, tout ce qu’on peut vous dire, c’est si la nouvelle Hyundai Elantra GT 2018 en vaut la peine. Ce premier contact dans la région des Laurentides et de Lanaudière nous en a certainement appris un peu à son sujet. Voici un résumé... 

Européenne, ça se voit!
Commençons tout d’abord par un tour de la caisse. Comme vous pouvez le remarquer, le bouclier avant de la nouvelle GT s’agence mieux avec celui de la berline Elantra tout en étant différent. Les designers de Hyundai parlent d’une grille de calandre en forme de « cascade », les courbures de la portion inférieure ayant été dessinées pour rappeler le mouvement de l’eau. Quant aux phares, ils sont parfaitement placés aux extrémités des arêtes latérales qui se prolongent jusqu’à l’arrière. Contrairement à sa devancière, cette ligne de caisse est on ne peut plus droite, tandis que la fenestration latérale adopte une forme singulière vers le pilier de toit arrière. 

Clairement, il y a une influence européenne là-dessous. D’ailleurs, les représentants de la division canadienne ne s’en cachent pas : l’Elantra GT est une voiture demandée par notre marché, alors que les Américains ne se montrent pas aussi intéressés par cette variante développée pour l’Europe avant tout. Enfin, notons que le modèle turbo se reconnaît par ses jantes de 18 pouces de diamètre, les autres étant munis de sabots de 17 pouces. 

La qualité à l’intérieur
L’appartenance à la gamme Elantra impliquerait normalement un partage des composantes de l’habitacle. Toutefois, comme c’était le cas des générations précédentes, l’ambiance n’est pas la même dans la berline et dans l’Elantra GT. Cette dernière se voit confier une planche de bord plus linéaire, greffée du premier écran tactile « flottant » de Hyundai. Par ailleurs, comme dans tous les récents produits de la marque, la qualité est à l’honneur, que ce soit au niveau des matériaux utilisés ou de l’assemblage. 

Les stratèges ont décidé de démocratiser l’écran de 8 pouces en l’installant sur toutes les versions; en revanche, seule la plus dispendieuse peut recevoir la navigation intégrée. Pour les autres, les systèmes Apple CarPlay et Android Auto représentent des options de rechange tout à fait acceptables. Il faut également souligner l’ergonomie à bord de l’Elantra GT 2018, les principales commandes étant disposées de manière judicieuse. 

La position de conduite s’avère elle aussi facile à trouver et on a ici un autre exemple qu’il n’est pas obligatoire de lorgner du côté des authentiques voitures de performance pour avoir droit à un volant agréable à tenir en main. Pour les puristes, notez que le moteur atmosphérique de base s’accompagne toujours d’un frein à main traditionnel; la version turbo propose quant à elle un bouton à la place. 

Les sièges de la première rangée offrent un bon support latéral, parfait pour les routes secondaires sinueuses. À l’arrière, la banquette est plus dure, mais il n’y a pas de quoi écrire à sa mère! Finalement, le coffre de l’Elantra GT annonce ses couleurs avec un volume total de 705 litres, une statistique supérieure à celle du Honda HR-V! À défaut de se replier à plat, la banquette autorise tout de même le chargement d’objets plus volumineux, tandis que le plancher du coffre peut être abaissé. 

À l’assaut des routes cachées des Laurentides et de Lanaudière
Conçue principalement en Allemagne, la Hyundai Elantra GT 2018 a intérêt à livrer la marchandise sur un tracé plus exigeant. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la rigidité du châssis rassure, et ce, même à une vitesse bien au-delà des limites permises. La suspension est elle aussi relativement ferme pour une voiture qui n’est pas considérée comme un bolide de performance. 

Nous avons tout d’abord pris le volant d’une Elantra GT Sport équipée de la boîte manuelle à 6 rapports et du 4-cylindres turbocompressé de 1,6 litre développant 201 chevaux et 195 livres-pied de couple. Le moteur répond présent, même si j’ai encore de la misère à ressentir la puissance annoncée. Quant à la musicalité de l’ensemble, la berline Elantra Sport essayée cet hiver avait clairement plus de poumons, si vous voyez ce que je veux dire! La direction, elle, demeure trop floue pour donner l’heure juste à l’amateur de conduite sportive. N’allez pas croire que la voiture est un fiasco en matière de tenue de route, bien au contraire, mais davantage de sensations seraient souhaitées. 

En version Sport, la suspension arrière emploie une configuration à bras multiples, tandis que sur les versions plus abordables, Hyundai fait plutôt confiance à un essieu rigide. Sur nos belles routes usées par le temps, ce détail a rapidement été décelé, la voiture réagissant de manière un peu plus brusque dans certaines situations. Cela dit, la grande majorité des propriétaires ne remarqueront pas cet aspect au quotidien. Plus petites, les jantes de 17 pouces savent adoucir le roulement. 

Évidemment, le moteur à 4 cylindres de 2,0 litres n’est pas aussi dynamique que le turbo de 1,6 litre, mais tout de même, sa puissance de 162 chevaux et son couple maximal de 150 livres-pied le placent dans la bonne moyenne du segment. Nous avons mis la main sur une version équipée de la boîte automatique à 6 rapports, qui travaille dans l’ombre sans rouspéter. Hyundai continue d’offrir une boîte manuelle avec ce moteur, tandis que celle à double embrayage à 7 rapports en option représente une alternative convenable pour ceux et celles qui n’aiment pas jouer avec 3 pédales. 

Le verdict
La nouvelle Hyundai Elantra GT 2018 marque clairement son arrivée sur nos routes avec une caisse rajeunie, plus sûre et plus amusante à conduire. On ne peut pas la comparer aux Volkswagen GTI et Honda Civic Si de ce monde, sa performance n’étant tout simplement pas au même niveau, mais face à d’autres compactes à hayon, l’Elantra GT repensée n’a rien à craindre : les automobilistes canadiens vont l’adorer pour son petit côté européen.

Note : Hyundai Canada n’a pas encore divulgué les prix (au moment d’écrire ces lignes), mais il est permis d’espérer des chiffres très similaires à ceux du modèle sortant.  
  

 

Essais routiers et nouvelles Hyundai